UATCI

IDRISS DEBY N’EST PAS EN ODEUR DE SAINTETÉ AVEC DONALD TRUMP

TCHAD

Le Tchad vient de rejoindre la liste noire des "États voyous" visés par le décret anti-immigration du président Donald Trump. Ce décret a été dévoilé le 24 septembre dernier. Huit pays au total : l’Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Yémen, le Venezuela, la Corée du Nord et le Tchad sont accusés par Trump de "manquements à la sécurité sur leurs voyageurs et un manque de coopération avec Washington". Le président américain a affirmé devant la presse : « Rendre l’Amérique sûre est ma priorité numéro un. Nous n’accepterons pas dans notre pays ceux que nous ne pouvons pas bien contrôler ».

Ainsi, depuis le 18 octobre les Tchadiens seront interdits d’entrer aux États-Unis. Le choc est d’autant plus grand que ce pays, allié de la France -qui lui fournit armes, munitions et argent- est considéré dans le monde, surtout en Afrique, comme le bastion de la lutte anti-djihadiste, comme un important rempart contre les mouvements armés locaux et régionaux. Selon une idée généralement répandue, le fort déploiement des forces tchadiennes le long de ses frontières aurait permis de contenir l’avancée du groupe islamiste Boko Haram qui sévit au Nigeria et au Cameroun. À l’initiative du gouvernement français, le Tchad est également engagé dans la Force multinationale mixte qui regroupe cinq pays du Sahel (Tchad, Mali, Niger, Mauritanie et Burkina Faso) pour lutter contre l’extrémisme radical qui menace la région.

Dans un communiqué du gouvernement tchadien, un porte parole a exprimé le 25 septembre son "étonnement" et son "incompréhension" après la décision de Trump. Le Tchad appelle les États-Unis à "une meilleure appréciation de la situation" et le président Donald Trump à "reconsidérer cette décision qui porte gravement atteinte à l’image du Tchad (...)."

Les dirigeants de l’Union africaine (UA) ont exprimé leur "perplexité" face à cette mesure "injuste" qui frappe N’Djamena. Quant au gouvernement français qui soutient le régime dictatorial de Deby, il a fait part de sa "surprise" et a espéré qu’une solution soit rapidement trouvée entre les deux pays pour "lever cette interdiction".

Si les relations sont plutôt bonnes entre la France et son homme de paille Deby, ce n’est pas le cas avec l’impérialisme américain qui reproche à ce dernier ses relations avec des terroristes et son implication dans divers trafics internationaux.

La décision de Trump à propos du Tchad n’est pas due à un hasard, ni une action irréfléchie comme pensent la plupart des gens ou de médias hostiles au président américain qualifié généralement de "mégalomane", de "peu instruit" voire d’ "illettré".

Rappelons que les USA n’ont jamais accepté la prise de pouvoir le 2 décembre 1990 par Idriss Deby arrivé du maquis à Ndjamena à bord d’un avion militaire français. Les dirigeants américains avaient plutôt misé sur leur cheval Hissen Habré. La chute de ce dernier a été pour eux une pilule amère à avaler.

De plus, selon les renseignements généraux américains, Déby avec l’aide de son clan, est considéré comme un fabriquant de faux billets de dollars et de fausses livres sterling, et mêlé aux trafics de drogue, d’armes en faveur des groupuscules djihadistes maghrébins, etc. Selon des informations transmises aux services de renseignements américains par le Nigéria et le Cameroun, des membres djihadistes de tout bord sont présents à Ndjaména ou y séjournent de temps en temps comme Sheiku Aboubacar, le Chef de Boko Haram. Ils s’approvisionnent en vivres, en munitions, et en d’autres produits, en toute impunité. Au marché noir, une carte d’identité coûte entre 100 et 200.000 francs CFA, un passeport diplomatique vaut environ un million. La situation est telle qu’un organisme international a récemment épinglé le régime de Deby comme étant un régime dont les dirigeants sont les plus corrompus de la planète.

D’un côté, le pouvoir se montre comme va-t-en en guerre contre les terroristes, de l’autre il leur offre l’hospitalité.

Les populations tchadiennes sont en effet gouvernées par des dirigeants voyous, voleurs et trafiquants en tous genres. Deby ne tient jamais sa parole, à moins qu’il soit obligé de le faire. Plusieurs fois il a signé des accords avec les dirigeants syndicaux à propos des revendications salariales, plusieurs fois il ne les a pas respectés. Et s’il y a des réclamations, il utilise la violence pour interdire les manifestations, interdire les grèves, pour arrêter des responsables syndicaux ou politiques de l’opposition.

Mais cette répression ne suffit pas pour empêcher les travailleurs de revendiquer leurs droits, les étudiants de descendre dans la rue pour le versement de leurs bourses.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 438 du 23 Octobre 2017   ?