UATCI

DES PARENTS DE VICTIMES ATTENDENT TOUJOURS QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE 15 ANS APRÈS LE NAUFRAGE DU JOOLA

SÉNÉGAL

Le 26 Septembre 2002, le Joola assurant la navette entre Dakar et Ziguinchor, chavirait au large des côtes sénégalaises avec plus de 2000 passagers à bord. Le gouvernement sénégalais a reconnu officiellement 1864 morts mais selon les associations des parents de victimes, il y a eu plus de 2000 noyés. Le bateau était en effet surchargé alors que sa capacité ne devait pas dépasser 550 passagers. De plus, le Joola était un bateau à fond plat, inapproprié pour naviguer en mer. Le gouvernement sénégalais, propriétaire du bateau, était au courant des risques encourus mais c’est en connaissance de cause qu’il avait confié la gestion commerciale à l’armée sénégalaise.

Des hauts gradés de l’armée chapeautaient donc la gestion du trafic de passagers et de marchandises à bord du Joola. La surcharge était devenue une pratique courante puisque cela permettait à l’État et aux galonnés qui en assuraient la gestion de se remplir les poches en négligeant la sécurité des passagers.

Les plus de 2000 morts n’ont pas été victimes d’une tempête ni d’un accident de la mer mais de l’irresponsabilité de l’État sénégalais et de la voracité des hauts responsables du trafic du Joola.

Quinze ans après le naufrage, de nombreux parents attendent toujours que l’État sénégalais reconnaisse leurs morts et rétablisse leurs droits de percevoir des indemnités. Mais la seule chose qui intéresse l’État sénégalais c’est d’enterrer une fois pour toutes ce scandale tragique dans lequel sa responsabilité est entière.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2017 RSSNuméro 438 du 23 Octobre 2017   ?