UATCI

L’ÉTAT A DE L’ARGENT POUR ENGRAISSER LES RICHES ET LEURS SERVITEURS MAIS PAS POUR AMÉLIORER NOS CONDITIONS D’EXISTENCE !

Éditorial

Deux nouvelles institutions viennent de voir le jour. D’abord la « Chambre nationale des Rois » avec 35 membres, puis le Sénat avec une centaine de membres.

C’est une trouvaille de Ouattara pour caser ses amis et acheter quelques politiciens de l’opposition. Comme les députés, ces gens-là seront grassement payés (en salaires et en avantages divers) au frais de l’Etat, c’est-à-dire sur le dos de la population.

Cela va coûter plusieurs milliards de francs tous les ans, autant d’argent qui aurait pu être utilisé par exemple pour améliorer le fonctionnement des hôpitaux et des écoles publics qui sont dans un piteux état.

Lorsque les fonctionnaires ont fait grève l’année dernière pour revendiquer des améliorations de leurs conditions d’existence, les dirigeants au pouvoir leur ont répondu avec mépris que les caisses de l’Etat ne leur permettaient pas de faire des dépenses supplémentaires. Mais là, pour financer le Sénat et la Chambre des rois, Ouattara a trouvé des milliards. Entre engraisser quelques parasites ou investir pour le bien être des plus démunis, il a fait son choix.

Ce gouvernement, comme ses prédécesseurs, n’a d’oreille que pour satisfaire l’appétit des classes riches. Pour les travailleurs, il n’a que du mépris. Il l’a montré récemment lors de la grève des travailleurs du chantier du grand stade situé sur la route d’Anyama où ils se sont battus pour leurs droits. Dans ce chantier d’Etat dirigé par une entreprise capitaliste, la grande majorité des travailleurs ont été « embauchés » en tant qu’« aides », autrement dit, en tant qu’apprentis alors que ce sont des ouvriers professionnels. En fait, il s’agit d’une arnaque dont le but est de permettre au capitaliste de payer le moins cher possible les travailleurs pour en tirer le maximum de profit. Cela se passe sous le nez des autorités politiques : des ministres ou leurs représentants viennent régulièrement dans ce chantier pour contrôler l’avancement des travaux.

Pour obliger leur employeur à corriger cette injustice inadmissible, les travailleurs organisés autour de leur syndicat, se sont mis en grève. Ils ont été réprimés par les forces armées et gazés à l’aide de bombes lacrymogènes. L’entreprise a licencié tous ceux qu’elle considérait comme indésirables. Depuis, les forces de l’ordre sont quasi permanentes sur le chantier, comme de vrais gardiens des intérêts du patron.

Voilà comment le pouvoir répond aux travailleurs qui osent revendiquer leurs droits. Que ce soit dans la zone industrielle de Yopougon, de Koumassi ou sur les autres chantiers du bâtiment ou des travaux publics, à chaque fois que les travailleurs se mettent à revendiquer collectivement, les autorités publiques prennent systématiquement fait et cause pour les exploiteurs.

Eh bien, c’est devant cette réalité que les travailleurs sont amenés à s’organiser et à défendre leurs intérêts. Ils ont en face d’eux les capitalistes mais aussi leur appareil d’Etat pour défendre leur système économique. Il en sera ainsi tant que les travailleurs n’auront pas renversé cet ordre social injuste.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2018 RSSNuméro 242 du 07 Avril 2018   ?