UATCI

PATRONAT, GOUVERNEMENT ET SYNDICATS, MAIN DANS LA MAIN POUR MAINTENIR LES TRAVAILLEURS DANS LE TROU !

ÉDITORIAL

Comme tous les ans, lors du 1er mai, les dirigeants des principales centrales syndicales sont allés faire la courbette devant le pouvoir en place. En contrepartie, Ouattara leur a renouvelé son appui financier d’un montant total de 800 millions de francs, à partager entre les cinq centrales syndicales. C’est le montant qu’ils reçoivent de l’État pour coopérer gentiment avec lui et surtout avec les capitalistes qui ne cessent d’aggraver la situation des travailleurs.

Dans son discours, Ouattara a dit que « c’est le ciel qui sera sa limite » dans son action envers les populations. C’est sans doute vrai pour ce qui concerne ces actions en faveur des exploiteurs. Leurs affaires n’ont jamais été aussi florissantes. Ils ont toutes les faveurs du gouvernement. Au moindre claquement de doigts d’un capitaliste, les corps habillés accourent pour mater les travailleurs en grève alors que ceux-ci ne font que réclamer leurs droits. Eh bien oui, Ouattara, comme tous ceux qui se succèdent au pouvoir sont avant tout des serviteurs des capitalistes.

Ce n’est par hasard si les salaires sont bloqués depuis des années alors que le coût de la vie ne cesse d’augmenter. Les familles de plus en plus nombreuses de travailleurs tombent dans la misère ! Des pauvres meurent dans les hôpitaux, parce qu’ils n’ont pas les moyens de se soigner normalement ! De plus en plus de parents n’ont pas les moyens de scolariser correctement leurs enfants.

Ce n’est pas un hasard, non plus, si les travailleurs du bâtiment qui construisent le grand stade d’Anyama, sont payés au lance-pierres. Ils travaillent dans des conditions de sécurité plus que douteuses. Il s’agit-là pourtant d’un chantier commandé par le gouvernement. Des ministres y défilent à tout moment pour qu’on parle d’eux dans les journaux. Dans ce chantier que l’État exhibe comme un bijou, les ouvriers qui avaient fait grève ont été réprimés par les forces armées et gazés avec des bombes lacrymogènes. Certains ont été renvoyés.

Les travailleurs ne doivent rien attendre ni du gouvernement, ni des dirigeants des grandes centrales syndicales. Ils ne peuvent compter que sur leur propre capacité à lutter collectivement pour défendre leurs intérêts. Ils ne récolteront que ce qu’ils seront capables d’arracher par leurs luttes collectives.

Nous publions ci-dessous un extrait de l’allocution faite lors de la 13ème fête annuelle du journal « Le Pouvoir Aux Travailleurs » qui s’est tenue le 1er mai dernier.

« Le 1er mai 1886, il y a de cela un peu plus de 130 ans, des travailleurs ont été pendus par le gouvernement à Chicago aux Etas Unis d’Amérique. Ces grévistes luttaient pour limiter la journée du travail à 8 heures. C’était leur principale revendication. Nous commémorons cette journée symbolique parce que nous formons une seule classe sociale par-delà les frontières.

D’ailleurs, ce sont les mêmes problèmes que nous rencontrons aujourd’hui encore. Il n’y a pas beaucoup de travailleurs qui peuvent affirmer qu’ils arrivent à vivre avec leurs maigres revenus. Voilà pourquoi les grèves ne manquent pas. Le plus souvent, les travailleurs doivent faire face non seulement à leur patron, mais aussi aux corps habillés. Des travailleurs sont tabassés, pourchassés par les forces armées gouvernementales. Ainsi, des travailleurs qui construisent le grand stade d’Anyama ont été arrêtés. Certains ont perdu leur travail. De même pour les travailleurs de Gandhour. Tout cela parce qu’ils défendaient leurs intérêts face à l’exploitation qu’ils subissent.

(…) Aujourd’hui, comme les ouvriers de Chicago de 1886, nous continuons de lutter pour les mêmes huit heures de travail, contre les salaires de misère, contre l’insécurité au travail, contre la journalisation du travail, contre le travail à la tâche.
Dans les zones industrielles de Yopougon, en passant par celle de Koumassi, Vridi et autres, les travailleurs sont réduits en journaliers à vie avec des salaires de misère. Le plus souvent, des heures supplémentaires ne sont même pas rémunérées. Les cadences pour la production ne cessent d’augmenter. Et quand, excédés, exténués, les travailleurs lèvent la tête pour revendiquer ne serait-ce qu’une petite amélioration de leur sort, ils trouvent sur leur route, l’administration et la machine à réprimer de l’État. Les travailleurs de Ok Plast , de Multipark, et tout dernièrement ceux de Gandhour, dans la zone industrielle de Yopougon, ont mené des luttes. Mais à chaque mouvement de grève, les capitalistes font appel à l’État et à sa machine de répression. Camarades, tout cela est dans l’ordre des choses ! Voilà pourquoi les gouvernements changent mais ils se ressemblent tous. Ils sont avant tout au service de la classe riche !

Dans le secteur du Bâtiment, les luttes ne manquent pas non plus. La semaine dernière c’était les travailleurs de l’entreprise Key Contracting qui ont pendant 4 jours, manifesté leur colère en bloquant leur chantier. Il y a la lutte des travailleurs de CMC-CI, qui pendant près d’un mois ont fait des débrayages chaque semaine. Nous avons parlé des travailleurs du Stade Olympique à Anyama qui ont fait plusieurs fois grève. D’autres luttes surviendront inévitablement. Parce que rien n’est réglé, nulle part. La plupart de ces grèves ont été réprimées par les corps habillés.
(…) Nous vivons dans une société capitaliste ; ce sont les intérêts des exploiteurs qui priment sur les intérêts des travailleurs. Il faudra que cela change ; c’est une question d’organisation et de rapport des forces entre les riches et les pauvres. Tôt ou tard, surviendront des grandes luttes, comme il y en a déjà eu dans le passé, où se décidera l’histoire de l’humanité.

(…) C’est une occasion pour nous de vous faire partager l’idée que ce monde peut changer ; qu’un autre ordre social, autre que l’exploitation de l’homme par l’homme, autre que le profit pour une minorité et la misère pour la majorité, est possible.

(…) Il est inadmissible que sur 7 milliards de personnes sur cette terre, 400 familles possèdent 95 % de la richesse de la planète, que des millions de personnes souffrent de la faim et de la misère alors qu’il y a de quoi satisfaire les besoins élémentaires de tous.

En Côte d’Ivoire, il y a de plus en plus de familles qui ne mangent pas à leur faim. Il y a des quartiers sans eau courante, sans électricité ou s’il en existe, elle est de mauvaise qualité à cause des baisses de tension. Et comme si cela ne suffisait pas, depuis 6 mois la CIE avec la complicité de l’État, fait la poche aux pauvres. Des agents flanqués de gendarmes débarquent dans nos quartiers pour ramasser des familles, parce qu’ils utilisent ce qu’ils qualifient de « courant parallèle ». Et ce prétexte leur donne le droit de leur soutirer des sommes colossales allant de 500.000 F à 800.000 F, sous peine de faire 5 ans de prison. Mais les vrais voleurs, il faut les chercher ailleurs, pas dans les quartiers pauvres. Comment peut-on avoir un compteur d’électricité qui coûte entre 80.000 et 120.000 francs, quand le salaire minimum fixé dans ce pays est de 60.000 francs ?

Les écoles publiques pour enfants de pauvres ne le sont que de nom. Chaque jour, on nous fait des reportages pour montrer des écoles où en saison de pluies, les cours sont suspendus parce que les toits sont percés ou inexistants. En ce qui concerne la santé, elle est soi-disant gratuite. Mais même dans ces hôpitaux (que nous qualifierons de mouroirs pour pauvres parce que c’est la mort qui attend souvent ceux-ci quand ils y mettent les pieds), rien n’est gratuit, il faut tout payer.
Tout ce qui est public se dégrade parce que ce sont les pauvres, les travailleurs et leurs familles qui les fréquentent. Et pourtant l’argent il y en a dans ce pays. Prenons un quartier comme Marcory Biétry, tout est en chantier aujourd’hui et un seul appartement de 3 pièces se loue à 750.000 Fr par mois, quand ce n’est pas plus. Des supers et hypers marchés poussent comme des champignons. Donc, d’un côté la richesse s’accumule pour la classe des riches et de l’autre la misère pour nous les travailleurs qui produisent cette richesse. C’est ce qui est à l’origine de la fuite des jeunes vers les pays occidentaux. Cette fuite qui se transforme souvent en catastrophe sur l’océan qui est devenu aujourd’hui un grand cimetière de la jeunesse africaine qui fuit la misère et les guerres de rapine des grands pays capitalistes.
Camarades travailleurs, chers invités, je ne peux terminer mes propos sans parler de ce qui se passe hors de nos frontières. Aujourd’hui ce sont des attentats meurtriers et à répétition que les pauvres subissent au Burkina, au Mali, en Irak, au Nigéria, en Afghanistan et j’en passe. Les populations vivent avec le peur de se faire déchiqueter par des kamikazes. De l’autre côté, ce sont des guerres fratricides en Syrie, au Yémen, au Congo Démocratique. Par ailleurs, la famine, un peu partout dans le monde, fait des milliers de morts chaque année. C’est la barbarie aux quatre coins du monde. Tout cela, c’est le capitalisme. Ce système se nourrit des conflits, de la misère des pauvres. C’est pourquoi nous disons que l’avenir de ce monde, c’est le communisme. Il passera à travers des luttes, à travers des révolutions que les travailleurs et la jeunesse qui choisira le camp des travailleurs devront préparer dès maintenant.

Alors vive les idées révolutionnaires, vive l’union de tous les travailleurs, vive le communisme ! »


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2018 RSSNuméro 243 du 05 Mai 2018   ?