UATCI

AU MALI COMME AILLEURS, LE VÉRITABLE CHANGEMENT NE PEUT PAS SORTIR DES URNES MAIS DE LA LUTTE DES EXPLOITÉS

MALI

Dès la proclamation officielle du résultat du deuxième tour de l’élection présidentielle, (donnant 67,17% des voix à l’actuel président Ibrahim Boubacar Keïta contre 32,83% à son rival Soumaïla Cissé auquel les principaux candidats éliminés lors du premier tour ont apporté leur soutien), une coalition des partis de l’opposition a appelé à une manifestation de rue pour protester contre le bourrage des urnes.

Malgré les intimidations et les menaces de répression lancées par le ministre de l’Intérieur, de nombreuses personnes sont descendues dans les rues de Bamako et dans d’autres villes du pays, le 17 août aux cris de « IBK voleur ! », « Non à la fraude ! », entre autres slogans.

Devant la foule rassemblée sur la place de la Liberté de Bamako, le perdant Soumaïla Cissé a qualifié la victoire d’IBK de « supercherie, mascarade, parodie et mensonges » [… ] « Si on exclut les résultats issus des bourrages d’urnes avérés dans de nombreux bureaux de vote (…) ainsi que les résultats tout simplement fantaisistes dans de très nombreuses localités du nord du pays, je sors vainqueur de l’élection présidentielle avec 51,75 % des voix contre 48,25 % à notre adversaire » a-t-il déclaré.

La dernière manifestation de l’opposition qui a eu lieu le 1er Septembre aurait rassemblé plus de 200.000 manifestants selon les organisateurs tandis que le gouvernement n’en a compté que quelques milliers. Le camp présidentiel a lancé de son côté un appel à une contre-manifestation pour le 2 Septembre.

Jusqu’à maintenant on a assisté à un bras de fer sans effusion de sang. Les forces de l’ordre ont cependant emprisonné deux personnes appartenant au camp de Soumaïla Cissé mais les jours prochains si la contestation de rue se généralise, le pouvoir ne tardera pas à donner l’ordre à la police et à l’armée de sévir plus brutalement. Déjà dans l’entourage de l’actuel président on propage des discours sécuritaires et des mises en garde contre ceux qui chercheraient à « déstabiliser le pays ». Le gouvernement va peut-être finir par interdire toute manifestation de rue en généralisant l’état d’urgence.

Soumaïla Cissé et certains de ceux qui se proclament aujourd’hui dans le camp de l’opposition au président IBK finiront-ils par s’asseoir autour d’une table pour négocier une sortie de crise avec le vainqueur officiel et obtenir quelques strapontins ministériels en échange de leur ralliement ? Cela n’est pas impossible car tout compte fait, malgré leur rivalité de façade, tous ces gens font partie du même monde de politiciens habitués à gouverner ensemble. La plupart des candidats du premier tour ont été plusieurs fois ministres voire des Premiers ministres d’IBK ou de ses prédécesseurs et ce ne sera pas une surprise si demain ils se retrouvent de nouveau au pouvoir comme si de rien n’était.

Soumaïla Cissé n’est pas un nouveau venu dans le marigot des politiciens professionnels. En 1992 il a occupé le poste de Secrétaire général de la présidence sous Alpha Oumar Konaré, puis ministre des Finances en 1993, ministre des Finances et du Commerce en 1994, de nouveau ministre des Finances en 1997 et ministre de l’Équipement, de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et de l’Urbanisme en 2000. Il a ensuite été propulsé à la tête de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) de 2004 à 2011.

Déjà en 2013 il était présent au deuxième tour de l’élection présidentielle face à l’actuel président IBK. Il avait alors reconnu sa défaite avant même la proclamation officielle des résultats. Cette fois-ci, il déclare qu’on lui a volé sa victoire.

Pour les travailleurs et petits paysans maliens, la victoire de Soumaïla Cissé n’aurait rien changé par rapport à celle d’IBK. L’un et l’autre font partie du petit cercle de parasites locaux qui s’enrichissent en participant au pillage généralisé des richesses du pays au profit de l’impérialisme en général et de l’impérialisme français en particulier. Ce n’est pas un changement de valet du capitalisme à la tête de l’État malien qui changera quoique ce soit dans la situation des travailleurs. Le véritable changement ne pourra venir que de la lutte collective de la classe des exploités contre celle des exploiteurs.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2018 RSSNuméro 447 du 02 Septembre 2018   ?