UATCI

MACRON REND VISITE À SON VALET

TCHAD

Les 22 et 23 décembre dernier, Macron a fait un voyage éclair au Tchad, en compagnie notamment de son ministre des Armées. Après avoir réveillonné avec les militaires français à la base de Kossei, près de la capitale, il a ensuite déjeuné avec le dictateur Idriss Déby, fidèle valet de l’impérialisme français. Avec cette visite, Macron achève ainsi son tour des cinq pays du Sahel (Mauritanie, Niger, Mali, Burkina Faso, Tchad) engagés depuis 2014 dans l’opération Barkhane, qui regroupe 4 500 soldats pour combattre, paraît-il, les djihadistes islamistes. Au Tchad, l’ex-puissance coloniale est militairement présente depuis 1960, date de son indépendance.

Dans le milieu politique tchadien, certains dirigeants de l’opposition ne cachent pas leur amertume de voir Macron déjeuner avec Deby. L’un d’eux, porte-parole de la Coordination des partis politiques pour la défense de la Constitution, a ainsi regretté : « On aurait aimé au moins que ce pays (la France) s’intéresse un peu au calvaire que vivent les populations tchadiennes ». Quant à Yorongar, député fédéraliste : « Pour moi, c’est inapproprié. Si Macron a pris la décision d’aller rendre visite à Idriss Déby qui a les mains pleines de sang, je dis bien pleines de sang, je crois qu’il est passé complètement à côté ».

Déby et Yorongar se connaissent fort bien. Le premier était le bras droit du bourreau Hissen Habré (condamné à Dakar pour "crimes contre l’humanité") et son exécuteur des basses œuvres : tortures, assassinats, exécutions sommaires des opposants politiques ou tous ceux critiquaient leur régime de terreur ; le second occupait le poste de ministre dans le gouvernement de Habré dont le régime a duré huit ans (de 1982 à 1990). Originaire du sud du pays, cet ancien ministre dénonçait des opposants, les livrant ainsi au criminel Hissen Habré. Dans une certaine mesure, il a participé au massacre ; il a lui aussi les mains tachées « de sang ». Yorongar est un opportuniste.

Les capitalistes ne sont pas des enfants de chœur. Ce sont avant tout des bourgeois dont le seul but est de faire des profits. Ils exploitent les travailleurs à travers le monde. L’argent, c’est ça qui les intéresse. Que des travailleurs se tuent au boulot, que de par le monde des millions de personnes meurent de faim, ce n’est pas leur souci. Les politiciens à leur service aussi se comportent comme eux. Macron n’est pas venu à Ndjaména pour s’attendrir sur le sort des pauvres ; il n’est pas venu pour donner des leçons de morale à Deby. Au contraire il lui a serré la main, une main « pleine de sang ». Depuis son accession au pouvoir en 1990, il a toujours été soutenu aux plus hauts sommets de l’État français. Deux fois, en 2006 et 2008, l’armée française est intervenue à Ndjaména contre des rebelles qui menaçaient son régime.

À vrai dire, si l’armée française est présente au Sahel, ce n’est pas pour combattre le terrorisme. Ce n’est que leurre. Sa mission est de veiller sur les intérêts capitalistes français dans le Sahel. Les affaires des groupes capitalistes présents en Afrique, comme Areva, Bolloré, Bouygues ou Total, valent bien le déplacement de leurs paillassons.

Le Tchad, l’un des pays les plus pauvres du monde, regorge cependant d’or et de pétrole. Mais les travailleurs et les petites gens n’en bénéficient pas. Ce sont ces capitalistes-là qui en font leur beurre.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019   ?