UATCI

MALGRÉ LES MANŒUVRES DES DIRIGEANTS, LA POPULATION RESTE MOBILISÉE

ALGÉRIE

Depuis trois mois, la population manifeste par centaines de milliers chaque vendredi, contre le pouvoir. Au début c’était contre le 5e mandat de Bouteflika, mais plus les manifestants se mobilisent et plus ils prennent conscience de leur force. Bouteflika est tombé mais l’appareil d’État ainsi que les dirigeants des principales institutions sont pour la plupart en place. La population pauvre a raison de rester mobilisée pour exiger que tout le système doit changer.

Les classes riches de ce pays font tout pour que cette mobilisation s’arrête. Pour parvenir à cet objectif, les dirigeants qui assurent l’intérim ont jeté en pâture quelques personnalités détestées. C’est ainsi que Saïd Bouteflika, le frère du président déchu a été placé en détention provisoire. Deux anciens chefs des services des renseignements généraux ont été également arrêtés ainsi que quelques haut-cadres connus pour leurs liens avec le clan au pouvoir. Quelques hommes d’affaires connus pour leur enrichissement sous l’ère Bouteflika, sont priés de ne pas quitter le pays. Différentes autres mesures visant ceux qui ont mangé dans la main de Bouteflika ont été adoptées mais jusqu’à présent n’ont pas réussi à freiner le mouvement de contestation.

Pendant ce temps, les véhicules blindés de l’armée sont placés chaque vendredi dans les principales voies d’accès des grandes villes pour empêcher les manifestants en provenance des campagnes d’entrer en centre-ville.

La colère ne faiblit pas car la population en a assez de ses conditions de vie misérables. Elle en a assez des prix élevés, des bas salaires, du chômage de masse et de la précarité. La crise est toujours là, la classe privilégiée qui confisque la manne pétrolière est toujours là. Si ce n’est pas la clique de Bouteflika, ça peut être une autre. L’armée, les forces de l’ordre, les services secrets, l’appareil d’Etat avec toutes ses institutions, constituent une force organisée colossale au service des capitalistes d’Algérie bien sûr, mais aussi au service des grandes puissances impérialistes qui réalisent des profits colossaux sur le labeur des travailleurs d’Algérie comme sur ceux d’autres pays.

En face de ces forces, les femmes et les hommes qui se battent tous les vendredis, font preuve de courage mais pour faire céder la bourgeoisie sur leurs revendications fondamentales, il leur sera nécessaire de faire preuve de beaucoup de détermination et surtout d’organisation. Ils sont au pied d’une montagne à gravir. Si les travailleurs ne s’organisent pas sur la base de leurs entreprises, de leurs comités de quartiers, pour contrôler ceux qui sont en train de gérer la transition de l’État, ces gens-là ne cèderont rien et le régime s’en sortira en procédant à quelques ravalements de façade. Si les classes riches estiment que cela ne suffit pas, elles n’hésiteront pas à faire tirer sur la population.

Aider les travailleurs à se repérer, à s’organiser, à anticiper sur le camp d’en face, c’est le rôle d’un parti prolétarien et un tel parti reste à construire. Le temps presse car la mobilisation des travailleurs et de la population pauvre a commencé mais ce parti capable d’élever la conscience des travailleurs, de leur servir de boussole et de se hisser au rang d’état-major de la lutte, n’existe pas aujourd’hui en Algérie. Ceux qui ont la conscience de cette nécessité ont intérêt à s’associer dès maintenant pour que la lutte des classes pauvres ne débouche pas sur une impasse sanglante.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2019 RSSN°255 du 03 juin 2019   ?