UATCI

DES DÉCHETS TOXIQUES EMPOISONNENT LA SANTÉ DES HABITANTS DE THIAROYE

SÉNÉGAL

À Thiaroye, dans la banlieue de Dakar, des habitants se plaignent d’une forte odeur dégagée par un dépôt de déchets toxiques abandonnés dans la cour d’une usine des ICS (Industries chimiques du Sénégal). Ces odeurs provoquent des irritations au niveau des poumons et des yeux. Cette usine de fabrique de pesticides a fermé ses portes en 2016 mais elle a abandonné environ 500 tonnes de déchets chimiques à même le sol, au risque de nuire gravement à la santé de ceux qui habitent dans les quartiers proches de l’usine.

Les habitants ont mis sur pied un Collectif pour alerter l’opinion publique et pour demander des comptes au ministre de l’Environnement. Celui-ci a fait le déplacement et a été contraint de constater qu’ « il y a urgence » et que ces fûts abandonnés doivent être reconditionnés afin d’éviter des dégâts sur la santé des habitants. Le problème c’est que le Sénégal n’a, paraît-il, pas les moyens de traiter sur place ces déchets et qu’il faudrait par conséquent les transporter hors du pays pour les incinérer. Mais pourquoi donc a-t-on autorisé l’installation d’une usine chimique à cet endroit habité alors qu’on savait déjà qu’elle n’avait pas les moyens de traiter ses déchets sur place ?

Le ministre fait semblant de découvrir la gravité de la situation et pourtant son gouvernement est au courant depuis au moins 2016 puisque c’est lui qui a décidé de fermer l’usine pour des raisons de sécurité en donnant l’ordre à la direction de l’usine de décontaminer les lieux. Non seulement il n’y a pas eu un début de décontamination mais certains habitants disent que des camions de l’ICS viennent encore y ajouter des engrais et autres déchets chimiques.

C’est ainsi que fonctionne la société capitaliste où la recherche du profit prime sur la santé de la population. Dans l’usine on exploite les travailleurs avec des salaires de misère et des conditions de travail infernales. Et hors de l’usine on continue à les empoisonner en rejetant les déchets dans la nature. Tout cela avec la complicité des pouvoir locaux.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSSNuméro 456 du 26 mai 2019   ?