UATCI

LES VICTIMES DE HISSEN HABRÉ RÉCLAMENT LEUR DÛ

TCHAD

Une manifestation dite "Mobilisation citoyenne" a eu lieu le 18 juillet dernier près du pont Chagoua, à Ndjaména, pour "interpeller les autorités" à propos des indemnisations destinées aux victimes de l’ancien dictateur et bourreau, Hissen Habré. Les manifestants, pour la plupart des femmes, ont battu le pavé en criant, en sifflant, en tapant sur des ustensiles de cuisine, faisant beaucoup de bruit. Certains déployaient des banderoles revendicatives.

Il y a deux ans au Sénégal, Hissen Habré (en exil dans ce pays) était condamné par le tribunal de Dakar à la prison à perpétuité pour "crimes contre l’humanité" et à verser plus de 80 milliards de francs CFA, soit 150 millions de dollars, aux victimes et aux familles des disparus. Aux 7.500 victimes recensées, le tribunal leur a alloué 20 millions de francs CFA chacune, soit 30.000 euros. Mais depuis, aucun franc ne leur a été versé.

De leur côté, à Ndjaména, les autorités ont organisé en mars 2015 un semblant de procès dans lequel sept ex-agents de la DDS, la police politique du régime Habré, ont été condamnés pour « assassinats et tortures ». Ils doivent verser 75 milliards de francs CFA de dommages et intérêts aux quelques 7.500 victimes, l’État tchadien devant prendre en charge la moitié de cette somme. Mais jusqu’à présent, les victimes n’ont rien touché.

Idriss Deby, l’actuel président du Tchad, était le bras droit et l’exécuteur des basses œuvres de son ancien chef Hissen Habré. En tant que tel, il était impliqué dans de nombreux assassinats ou tortures des opposants et de tous ceux qui osaient critiquer le régime. Mais lui, il est toujours au pouvoir grâce au soutien de l’impérialisme français dont il est l’un des pions dans cette partie de l’Afrique centrale et sahélienne.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSS542 Numéro 458 du 21 juillet 2019   ?