UATCI

FERMETURE SANS ALTERNATIVE EFFICACE DU CHU DE YOPOUGON

CÔTE D’IVOIRE

Le 17 octobre, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique a annoncé officiellement la fermeture du Chu de Yopougon à compter du 1er novembre pour une durée de trois ans afin d’y effectuer des travaux de réhabilitation.

Au plus tard le 1er novembre, tous les services seront donc fermés à l’exception de ceux de la néonatologie et de la néphrologie pédiatrique qui resteront en place jusqu’à l’achèvement des travaux.

Les décideurs n’ont rien à craindre, ils iront se faire soigner comme d’habitude dans les grandes cliniques ou à l’extérieur de la Côte d’Ivoire. Par contre, pour les familles à faibles revenus qui n’ont aucune assurance maladies, cette fermeture n’est pas une bonne nouvelle. Quant aux petits salariés de cet hôpital, tels que les balayeurs, les brancardiers, les filles de salle, qui travaillent le plus souvent en tant que journaliers, ce n’est pas sûr qu’ils pourront garder leur emploi.

Il y avait déjà un déficit de centres de santé. Avec la fermeture de cet important centre hospitalier, la situation va s’empirer. Pour des cas d’urgence tels que les accidents de travails, de circulation ou de maladie, les pompiers et ambulanciers faisaient déjà très souvent le tour des centres de santé publics sans trouver de places pour prendre en charge les malades et les accidentés. Ainsi des vies humaines supplémentaires qui pourraient être sauvées par une intervention rapide vont s’ajouter à celles qui se perdent déjà nuit et jour.

Décider de fermer un centre santé qui dispose de 450 lits et de 22 services dont certains sont uniques dans ce pays voire dans la sous-région, sans qu’il y ait eu au préalable une véritable solution de remplacement, c’est vraiment criminel pour les populations à faibles revenus.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2019 RSS540 Numéro 460 du 01 novembre 2019   ?