UATCI

PRÉTENDUE LUTTE CONTRE LA VIE CHÈRE. LES AUTORITÉS VOLONTAIREMENT HORS SUJET

LEUR SOCIÉTÉ

Récemment, le ministre du Commerce a présenté un projet de mise en place d’un « indicateur économique » pour selon lui « mieux appréhender le phénomène de la vie chère tel qu’il est vécu par les populations ivoiriennes afin d’orienter avec précision les programmes, plans et politiques publiques de lutte contre la vie chère ».

Ces gens-là, plutôt que de chercher à régler les problèmes réellement, passent leur temps à brasser de l’air pour faire croire qu’ils font quelque chose.

On se rappelle que le gouvernement avait déjà pris des mesures allant dans le même sens. Elles ont toutes été inefficaces puisque, comme il fallait s’y attendre, elles ne touchent pas au problème réel qui est le pouvoir d’achat de la population. Il y a eu entre autres l’affichage des prix, le contrôle des instruments de mesure qui avait donné lieu à des opérations de racket, il y avait même la création d’un soi-disant conseil nationale de lutte contre la vie chère et enfin le plafonnement des prix des produits de première nécessité. Aujourd’hui, c’est au tour de l’indicateur.

Si ce gouvernement voulait vraiment lutter contre la vie chère, il commencerait d’abord par augmenter de façon significative les salaires des travailleurs ne serait-ce que pour rattraper le pouvoir d’achat perdu et il indexerait les salaires sur le cout réel de la vie.
Mais attendre cela d’un gouvernement entièrement au service du patronat, c’est comme attendre du lait d’un bouc. Les travailleurs ne pourront compter que sur leur union et leur force collective pour l’imposer.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe journal : le pouvoir aux travailleurs Côte d’Ivoire RSSCôte d’Ivoire, Numéros de l’année 2020 RSSNuméro 262 du 23 Février 2020   ?