UATCI

SE DÉFENDRE CONTRE LA FLAMBÉE DES PRIX, C’EST SE PRÉPARER À LA LUTTE !

ÉDITORIAL

Une flambée des prix frappe actuellement de nombreux pays en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. De la Côte d’Ivoire au Gabon en passant par le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso, la Guinée, le Bénin, la Centrafrique et bien d’autres pays, les populations pauvres souffrent de la cherté des denrées alimentaires. D’un seul coup, les prix du sucre, de l’huile, du lait en poudre, des pâtes alimentaires, etc. sont montés en flèche. Les prix de la bouteille de gaz, du ciment, du fer à béton ou du carburant ont aussi grimpé dans certains pays, entrainant le renchérissement des loyers et du coût des transports, etc. La vie qui était déjà chère avant cette flambée, devient encore plus chère pour la majorité de la population dont le revenu suffit à peine pour vivre au jour le jour, et encore !

Mais, tant que la colère et les émeutes de la faim n’exploseront pas à la figure des dirigeants au pouvoir, ils continueront de vaquer à leur train-train quotidien et leur vie de château. Quand ils ne nient pas carrément la réalité de la flambée des prix, ils minimisent ses conséquences et rejettent la responsabilité sur les consommateurs qui préfèreraient acheter des produits importés plutôt que de « consommer local ». Mais comment se fait-il que les prix de l’huile, du sucre ou du gaz qui sont parfois produits localement montent aussi en flèche comme les autres produits ?

Tous disent qu’on ne peut pas faire grand-chose contre ces augmentations car elles sont la conséquence du renchérissement du coût du transport suite à la pandémie du Covid. Ainsi, le responsable est trouvé, c’est le Corona virus, on n’y peut rien ! Mais de qui se moquent-ils ?

Ce n’est pas le virus qui fait que les fins de mois des travailleurs sont difficiles depuis des années et des années, ce sont les bas salaires ! Ce n’est pas le virus qui fait que les petits paysans n’arrivent pas à sortir de la misère alors qu’ils travaillent durement pour produire du café, du cacao, de l’arachide, du coton, du latex ou d’autres cultures de rente. C’est à cause des trusts agro-industriels et des spéculateurs qui imposent leurs lois économiques aux quatre coins de la planète. Ce n’est pas le virus qui fait que d’un côté, la grande majorité de la population s’enfonce de plus en plus dans le chômage et dans la misère alors que de l’autre côté, la richesse s’accumule entre les mains d’une minorité de parasites et d’exploiteurs.

Toutes ces injustices sociales, toutes ces spoliations et cette misère découlent du système capitaliste, un système où ne compte que la recherche du profit individuel des détenteurs de capitaux au détriment de ceux qui produisent les richesses par leur force de travail. Et les dirigeants au pouvoir dans nos pays africains ne sont rien d’autres que des commis de ce système inique, des serviteurs entre les mains des grandes puissances économiques qui dominent le monde. Ils sont soutenus par ces grandes puissances qui leur laissent quelques miettes pour s’engraisser tant qu’ils sont capables de tenir leurs populations en laisse.

Tant que ce système demeurera, la situation de la grande majorité des habitants de cette planète, à commencer par ceux des pays pauvres, ne fera qu’empirer. Les travailleurs et les couches populaires, ne peuvent pas espérer des solutions venant de nos gouvernements. Ils ne peuvent compter que sur leur capacité à se mobiliser, pour imposer des salaires corrects, des logements et des loyers décents, du travail pour les chômeurs, des prix abordables pour les denrées de base, etc. C’est leur vie qui dépend de l’issue de ces luttes collectives.


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSJournal : le pouvoir aux travailleurs RSSNuméros de l’année 2021 RSSNuméro N°477 du 4 septembre 2021   ?