UATCI

L’ÉTAT VEUT GAGNER PLUS SUR LE DOS DES CULTIVATEURS !

CÔTE D’IVOIRE

Le jeudi 09 juin, l’Assemblée nationale a adopté un projet de loi pour réprimer la commercialisation et l’exportation illicite de produits agricoles tels que la noix de cajou et le cacao.

Ce projet est présenté comme devant protéger les producteurs, mais c’est plutôt pour protéger le portefeuille de l’État et celui de grands groupes œuvrant dans ces filières. En effet, en 2018 l’État a estimé que 25 à 30% des 800 000 tonnes de la production nationale de noix de cajou ont échappé à son contrôle et lui aurait fait perdre entre 3,1 et 7,8 milliards de francs.

Mais ce qu’il ne dit pas c’est que si les paysans vendent leur production ailleurs qu’en Côte d’Ivoire c’est que les prix sont meilleurs qu’ici. Par exemple, pendant que la Côte d’ivoire fixe le prix bord-champ à 400 ou 500 F le kilo, il est entre 600 et 800 F dans les pays limitrophes. Le choix est vite fait pour le paysan.

Au lieu de réprimer et de stigmatiser les paysans, le gouvernement pourrait leur proposer des prix plus avantageux. Mais cela se traduirait par moins de recettes dans ses caisses et écornerait en même temps les bénéfices des grands groupes opérant dans la filière. Or ce sont deux choses sacrées à ses yeux !


| Accueil du site | Espace privé |

     RSS fr RSSLe pouvoir aux travailleurs (format texte) - (...) RSSNuméros de l’année 2022 RSSNuméro 486 du 18 juin 2022   ?